fbpx

Avez-vous déjà eu l’impression de ne pas pouvoir vous arrêter de vous justifier ? C’est l’une des conséquences de la justification. Nous pouvons avoir du mal à faire la différence entre l’explication et la justification lorsque notre interlocuteur nous pose une question.

Quelle est la différence entre l’explication et la justification ?

Quand nous donnons une explication, nous répondons à la question de notre interlocuteur de façon factuelle. Quand nous sommes dans la justification, nous ne répondons souvent à rien, sinon, à une objection ou une attaque. Qui rassurons-nous ? Si nous sommes dans l’explication, nous rassurons notre interlocuteur. Il nous a posé une question et nous lui apportons une réponse. Alors que lorsque l’on se justifie, qui rassurons-nous ? Avant tout nous-mêmes.

Que génèrent la justification et l’explication ?

La justification est souvent perçue comme négative parce que nous sommes souvent dans des arguments subjectifs. Nous sommes dans l’émotionnel. Parfois nous pouvons donner l’impression d’être en insécurité et d’avoir besoin de nous défendre. Cela peut attirer alors la méfiance et amener notre interlocuteur à rejeter nos propos. Dans la justification, nous sommes en réaction face à une situation. Alors que l’explication quant à elle est beaucoup plus positive. Nos arguments sont objectifs, nous restons factuels et rationnels. Cela renforce notre crédibilité vis-à-vis de notre interlocuteur, cela génère un sentiment de confiance et montre que nous assumons nos responsabilités. Dans l’explication, nous sommes dans l’action.

4 outils pour arrêter de se justifier !

On veut se dire que plus jamais on ne se justifiera ! Quelle sont les difficultés de ce raisonnement ? La première difficulté est que nous ne sommes pas seuls dans la justification. C’est notre rapport aux autres qui va nous influencer et nous pousser dans nos retranchements et dans la justification. Dans le monde de l’entreprise, c’est notre volonté de prouver notre valeur et notre qualité qui nous amène à nous justifier. L’objectif est alors de maîtriser sa communication pour éviter de créer un sentiment d’insécurité qui va inquiéter notre interlocuteur. La seconde difficulté est le phénomène de projection qui va nous amener à réfléchir à ce que peut penser notre interlocuteur et à ce qu’il va dire. Pour surmonter ces difficultés, voici 4 outils efficaces :

 1. Rester factuel et répondre à la question qui nous a été posée. Si aucune question n’a été posée, il faut simplement rester poli, c’est la politesse, le savoir-vivre.

2. Rassurer son interlocuteur sans chercher à se rassurer soi-même. Si on a l’impression de se rassurer soi-même de se rassurer dans son discours, il y a alors de grandes chances pour que l’on soit dans la justification

3. Eviter de se projeter et ne pas imaginer ce qu’il peut se passer dans la tête de son interlocuteur.

4. Relire ses écrits. Nous avons le temps d’envoyer un SMS ou un mail, alors prenons le temps nécessaire de vérifier que nous sommes factuels, que nous rassurons notre interlocuteur et que nous ne sommes pas dans la projection