Productivité : connaissez-vous ces lois qui rythment nos journées ?

En entreprise, la productivité est souvent bien vue. Mais parfois, elles sont perçues comme oppressante et anxiogène. Pourtant, certaines lois de productivité existent dans tes journées, sans que tu en aies toujours conscience.

 

Pourquoi est-on autant attaché à la productivité ?

Généralement, la productivité est vue de manière positive. Elle est favorisée et valorisée. Au sens commun, la productivité est synonyme d’un meilleur travail, d’une meilleure organisation. Elle est annonciatrice d’un sentiment d’accomplissement chez les collaborateurs.

Pour certains, être productif signifie être heureux au travail.

Cependant, la productivité n’est cependant pas toujours ressentie de manière saine. Nous avions proposé un sondage sur notre page LinkedIn, et les réponses étaient mitigées. Beaucoup de personnes perçoivent la productivité comme oppressante et anxiogène. Pour cause, des objectifs, une certaine pression sociale, qui a l’effet contraire.

Il s’agit alors de trouver sa limite, entre la productivité comme entendue au sens général (quantité de travail), et l’accomplissement de chacun des collaborateurs qui n’en dépend pas toujours.

 

Quelles sont les lois de la productivité en entreprise ?

Loi de Parkinson

La Loi de Parkinson dit que peu importe le délai alloué pour réaliser une tâche, nous prendrons l’intégralité du temps qui nous est donné. Nous avons une tendance à la procrastination, surtout lorsque l’on dispose de beaucoup de temps pour réaliser une mission.

Il s’agit alors de trouver un équilibre entre le temps nécessaire pour venir à bout d’une tâche, et le seuil à partir duquel le collaborateur commence à procrastiner et à repousser la mission jusqu’au dernier moment. Parfois, raccourcir le délai pour un travail peut s’avérer bénéfique pour la productivité de l’équipe.

 

Loi de Douglas

La loi de Douglas rejoint la loi de Parkinson. Plus on peut s’étaler, plus on s’étale. Si la première loi dont nous avons parlé évoque l’étalement dans le temps, celle-ci parle de l’étalement dans l’espace. En entreprise, un collaborateur qui a un grand bureau aura tendance à s’étaler que deux personnes qui en partagent un.

Certaines personnes arrivent à travailler très efficacement quelle que soit l’organisation de leur bureau ou de leur espace de travail, d’autres ont besoin que leur environnement soit ordonné, pour ordonner leurs pensées et leurs missions.

Ainsi, certains préfèreront un petit espace de travail, pour ne pas s’étaler, s’éparpiller, et se concentrer sur leurs missions.

 

Loi d’Illich

La loi d’Illich énonce que travailler plus ne signifie pas travailler mieux, et encore moins être plus productif.

Certains pensent que le temps de travail concorde avec sa qualité. Cependant, après avoir atteint un certain seuil de travail, les êtres humains fatiguent, et sont moins concentrés, deviennent moins productifs.

Travailler au-delà de ce seuil peut mener à du surmenage, voire un burnout dans les cas les plus extrêmes. Des pauses régénératrices, comme le sont les vacances, aident à se ressourcer et repartir sur de bonnes bases.

Rien de tel qu’une équipe motivée, concentrée et reposée pour atteindre des objectifs !

 

Loi de Carlson

Un travail réalisé en continu est fait plus vite qu’un travail entrecoupé. Cette loi remet en perspective la Méthode Pomodoro. La complète dans le sens où il est important de découper les missions en tâches, mais important de finir la tâche d’une traite

Selon la loi de Carlson, une tâche est plus facilement et mieux effectuée si le travail est réalisé en continu.

 

Loi du mouvement de Newton

Le positif attire le positif. Dans le même sens, la motivation attire la motivation. La loi du mouvement de Newton énonce que plus le collaborateur va réussir ses missions et atteindre ses objectifs, plus il va être motivé à passer à la suite, et en atteindre d’autres. A l’inverse, mois un salarié va être motivé, moins il va réaliser ses tâches facilement, moins il va être motivé. Cette loi expose le cercle vertueux ou vicieux de la motivation.

Plus le processus est avancé, plus il est difficile de le briser. Mais il suffit d’une impulsion pour regagner la motivation.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Les articles similaires

CPF Compte personnel de formation

+ de renseignements >

FINANCEMENT PAR L’ENTREPRISE

+ de renseignements >

DEMANDEUR D’EMPLOI

+ de renseignements >