Le syndrome de l’imposteur : comment s’en débarrasser ?

Comment reconnaitre le syndrome de l'imposteur et s'en débarrasser ?
Découvrez 5 conseils pour vous débarrasser du syndrome de l’imposteur, et vous épanouir dans votre vie professionnelle.

Dans la vie professionnelle comme dans la vie personnelle, le syndrome de l’imposteur peut empêcher beaucoup d’entre nous de mener à bien leur projets. Comment le reconnaître et s’en débarrasser ?

 

Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur ? 

Le syndrome de l’imposteur est un concept développé par deux psychologues américaines à la fin des années 1970. Il est défini par “la sensation désagréable de douter en permanence de ses capacités, de ne pas se sentir légitime dans son statut actuel, et de ne pas réussir à s’approprier ses succès”.

 

  • Comment le reconnaître ?

Ce syndrome nous fait souvent sentir illégitime. On ne comprend pas pourquoi on a été sélectionné pour un poste, pour une mission. On ne se sent pas capable de réaliser une tâche ou un projet. De même, on peut éprouver beaucoup de difficulté à accepter un compliment ou des félicitations, attribuant le mérite à la chance, ou à une autre personne.

Être satisfait de son travail est en temps normal une chose souvent compliquée. On se dit que cela peut encore être mieux fait, plus compréhensible, etc. Mais lorsque l’on se sent illégitime dans son travail, dans les missions que l’on nous confie, la satisfaction est d’autant plus difficile. On a souvent tendance à se surinvestir, et à penser que le travail n’est jamais fini, tant qu’il n’est pas parfait à nos yeux.

 

  • Qu’est-ce que ça implique ? 

Se sentir illégitime peut avoir certains effets sur la santé et sur le bien-être d’un collaborateur. Ne se sentant pas à la hauteur des attentes, il a tendance à procrastiner. Ainsi, il se met en situation de stress, et à terme, se fatigue. La fatigue d’un collaborateur entraîne notamment la baisses de productivité, la baisse d’investissement dans ses projets et au sein de son équipe. Cela crée un cercle vicieux, puisque le collaborateur se sentira encore moins à la hauteur des attentes, et des compétences de son équipe.

Le syndrome de l’imposteur est parfois la cause de burnout.

 

 

5 étapes pour se débarrasser du syndrome de l’imposteur

  • Vous n’êtes pas seul 

Le syndrome de l’imposteur peut procurer un sentiment de honte. C’est pourquoi les collaborateurs qui y sont confrontés n’en parle souvent pas.

Au contraire, il est rare d’être le seul à éprouver ce sentiment. En parlant de ce ressenti, il est possible de trouver une personne dans la même situation que vous, et de pouvoir se soutenir mutuellement.

Si ce n’est pas le cas, il y aura tout de même quelqu’un pour vous soutenir et vous apporter son aide, même s’il n’est pas confronté au syndrome.

Quoi qu’il en soit, lutter contre ce sentiment, et le refouler ne sert à rien. L’accepter, c’est déjà faire un pas pour s’en débarrasser.

 

  • Abandonnez la perfection

Rien de tel que l’organisation pour vaincre le syndrome de l’imposteur. Faire une liste des tâches à réaliser permet de planifier sa journée. Ainsi, vous évitez de passer un temps infini sur des missions, dans l’unique but d’atteindre la perfection, pour essayer de correspondre aux attentes d’autres.

Vouloir être parfait ne fera qu’apporter plus de frustration, et le syndrome de l’imposteur ne fera que vous rappeler que vous n’êtes pas à la hauteur. Combattez-le, et abandonnez l’envie d’être parfait !

 

  • Considérez vos réussites

Pour ne plus se focaliser sur ses échecs, il est important de se tourner vers ses réussites. Le syndrome de l’imposteur nous pousse souvent à minimiser nos réussites, à penser qu’elles sont insignifiantes.

Faire un tableau, une liste un schéma, ou autre chose qui recense vos réussites, c’est prendre conscience qu’elles existent et leur donner de la valeur. Ainsi, votre esprit se focalisera sur elles, et vous permettra de reprendre confiance en vous, et en vos capacités. Vous retrouverez votre motivation.

 

  • Pensez positif et acceptez les compliments 

Les pensées négatives empoisonnent l’esprit et diminuent la motivation. Ces pensées sont souvent difficiles à évacuer. C’est pour cela qu’il faut y intégrer un peu de positif.

Dans ces pensées positives, acceptez les compliments qui vous sont faits. Le syndrome de l’imposteur a tendance à nous faire penser que ceux-ci sont illégitimes et ne nous correspondent pas. Mais faites confiance à ceux qui vous transmettent ces compliments. En les acceptant, la confiance en soi et la motivation feront leur retour.

 

  • Faites confiance aux autres et évitez les comparaisons !

Faire confiance aux autres quand on ne se fait pas confiance soi-même est difficile. Pourtant, croire et apporter de la légitimer leurs conseils, leurs avis, permet d’installer un climat de confiance, et de se sentir plus à l’aise en équipe. Lorsque la confiance est installée, il est beaucoup plus simple de se sentir légitime parmi ses collaborateurs et ainsi, de se débarrasser de ce syndrome de l’imposteur.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Les articles similaires

CPF Compte personnel de formation

+ de renseignements >

FINANCEMENT PAR L’ENTREPRISE

+ de renseignements >

DEMANDEUR D’EMPLOI

+ de renseignements >